Dépression nerveuse symptomes

Dépression Nerveuse : Symptomes méconnus… Déprime quand tu nous tiens

Que celui ou celle qui n’a pas traversé le désert une fois dans sa vie jette la première pierre. Personne ? Normal. L’immense majorité des adultes connaissent ou connaîtront à un moment de leur vie une période d’état dépressif. Cela peut-être liée à des événements extérieurs : une rupture amoureuse, un divorce, une perte d’emploi, un deuil. La dépression peut-être aussi causée par une mauvaise estime de soi, un sentiment de rejet, des croyances personnelles propres à chaque individu, en dehors de tout contexte. Dans ce cas, ou « tout va bien » en apparence, la compréhension des autres est quasi impossible. Quelque soit la source de son origine, la dépression a une particularité : ses symptômes sont vastes et souvent subtils. En dehors des idées reçues, les signes d’un état dépressif qui s’installe sont souvent mal connus.

 

Une happy face permanente, alors que le mal-être est bien présent

Dans la vie, il est normal de forcer un sourire après une mauvaise nuit de sommeil ou une journée difficile afin de ne pas imposer au monde entier cette humeur. Selon notre tempérament, ce sourire sera plus ou moins convaincant. Un des signes d’un état dépressif qui s’installe est le port permanent de ce « masque » de bonheur. On peut alors choisir ses vêtements le matin, choisir un manteau pour affronter le froid, et aussi porter ce masque de bonne humeur apparente en posant le premier pas dehors. Cette Happy Face peut à la longue créer un vrai fossé entre le soi, tel qu’il est, et l’illusion d’un état heureux. D’ailleurs, les amis proches sont les premiers à détecter les failles dans ce masque, au détour d’une conversation ou d’un sourire trop forcé, et commencent à poser des questions. Souvent avant même la personne qui l’arbore…

 

Une relation au sommeil compliquée, et des habitude alimentaires qui changent

Dormir trop peut-être le résultat d’une grande fatigue accumulée… ou le symptôme d’un état dépressif. Surtout si cela n’était pas habituel. Passer d’une nuit de sommeil de 8h à 12h minimum dans une période difficile est un signe de dépression. Le sommeil apparaît alors comme un refuge, une parenthèse ou rien ne peut arriver, l’esprit au repos. Se lever le matin fatigué(e) est sans aucun doute le signe le plus fort d’un état dépressif qui s’installe. Cachant l’envie de ne pas affronter cette nouvelle journée qui s’annonce (même avec son masque Happy face).

Ne pas arriver à dormir, alors que l’insomnie n’avait jamais fait partie du programme dans le passé, est aussi un symptôme évocateur.

La relation à la nourriture peut également changer, dans les deux extrêmes : se révéler attiré par du sucré ou des plats gras, dits de « réconfort » ou « comfort food », ou au contraire se désintéresser absolument de tout ce qui se mange, et grignoter par-ci, par-là.

 

S’écouter parler pour déterminer l’intensité de son état dépressif

La vision de la vie, du futur, des projets à venir, du passé, peut-être complètement réécrite. Contrairement aux idées reçues, la dépression ne rend pas obligatoirement pessimiste. Selon les dernières études, les personnes en souffrant seraient plus en connexion avec la réalité telle qu’elle est. Cette « aptitude » s’appelle le réalisme dépressif, et a fait l’objet de nombreuses expériences. Les résultats sont assez probants : la dépression aiderait aussi à voir clair. Cela peut paraître aberrant, d’autant qu’on a coutume de dire « on voit tout en noir », mais les études des docteurs Alloy et Abramson ont démontré que les dépressifs avaient écaillé le vernis des représentations positives de soi, et de son travail, se voyant tels qu’ils étaient. Cela suggère que les personnes qui ne vivent pas une phase de dépression ont un jugement moins sûr ! Attention, cela ne s’applique pas à toutes les situations.

Au canapé c’est la vie, grâce à notre expérience de sophrologue, nous avons écouté énormément de personnes souffrant de dépression. Nous savons qu’elles peuvent observer les mots choisis pour poser un diagnostic :

  • Je suis sûre que mon colis va arriver en retard
  • Je ne vais pas rendre ce dossier à temps
  • Les autres me rejettent en ce moment
  • Mon appartement est moche, je ne sais pas pourquoi je n’y ai jamais fait attention
  • Je me sens moche/en surpoids, etc…
  • Je n’ai pas d’avenir professionnel
  • J’ai raté ma vie
  • Je sens que la journée va être difficile (le matin au réveil)

 

 

Une connexion quasiment instinctive à ses émotions

La vie moderne nous déconnecte de nos émotions peu à peu. Tout doit être lisse, rien ne doit dépasser. Ressentir de la tristesse en regardant un film ou une émission à la télé n’a rien d’extraordinaire. Par contre pleurer à chaudes larmes indique un autre niveau. Les personnes qui traversent une période de dépression sont très souvent dans l’immédiateté des réactions. La colère fait partie de ces émotions primaires qui peuvent « exploser » dans un esprit à bout. Si vous vous surprenez à insulter les automobilistes dans un embouteillage alors qu’auparavant vous n’étiez que politesse, cela peut aussi être le signe d’un état dépressif. Un peu comme si, à force de retenir ses émotions dans un carré de normalité, elles finissaient par ressortir sans prévenir, et d’un emanière plus soudaine.

 

Refuser les activités, les plaisirs de la vie

Il ne s’agit pas que de sexualité, bien qu’une chute de libido soit assez évocatrice d’un mal-être général. Cela peut-être aussi ne plus aller à ce cours de zumba qui vous plaisait tant (ou d’y aller en se forçant avec le happy face pour détester chaque minute).Refuser les invitations des amis avec tout un tas d’excuses est un autre des signes d’un état dépressif. Oublier d’aller chez le coiffeur, de consulter un ostéopathe pour réaligner les énergies, etc… Quand vous-êtes vous fait plaisir pour la dernière fois ?

 

Qui consulter ?

Consulter un médecin généraliste nous paraît une excellente idée. C’est son diagnostic qui, en plus de votre ressenti, vous permettra de poser un nom sur cet état dépressif.

La sophrologie est une aide précieuse pour accompagner une sortie de dépression. Elle vous permettra d’apprendre à focaliser sur ce qui vous apporte du réconfort. Les techniques utilisées sont : la visualisation, l’ancrage dans le présent, etc… Ce panel d’outils vous permettra à coup sûr de voir la vie avec plus de plaisir. Pour trouver votre sophrologue, nous vous conseillons de consulter l’annuaire de la Chambre Syndicale de la sophrologie. Cela garantit un niveau de connaissances et surtout une charte déontologique.

 

Autres remèdes

Vous pouvez vous tourner vers la lithothérapie qui peut aussi, en complément, être un super support pour reprendre pied et remettre au placard son masque de Happy Face. Attention, vérifiez toujours la provenance d’un bracelet ou d’un collier énergétique pour vous assurer de ses vertus. Pour l’avoir testé, nous recommandons le bracelet de protection du site Hello-Karma.com. Ce qui nous plait c’est la protection contre les mauvaises énergies extérieures et aussi intérieures. Le tout fait main dans le var par deux sophrologues et litho thérapeutes passionnées qu’on adore !

Enfin, si votre état dépressif est avéré, alors il y a de grandes chances que vous ne soyez qu’un esprit torturé dans un corps oublié. Reconnectez vous à votre corps, via des massages, des crèmes hydratantes. C’est sans doute le meilleur moyen pour vous ancrer dans le présent.

No Comments

Leave a Comment