Kinésiologie avis

On a testé la kinésiologie : avis… et ressentis quelques jours après

Au Canapé C’est La vie, dès qu’il est question de tester une méthode de relaxation, tout le monde lève la main. Une équipe motivée, on vous le dit ! Après l’essai concluant de sophrologie, le magnétisme, l’hypnose (article en cours de rédaction), c’est Magali qui a été désignée pour tenter une nouvelle façon de se sentir mieux : la kinésiologie. Elle nous livre ici un aperçu de sa séance.

 

La kinésiologie, c’est quoi ?

Avant la séance, j’effectue quelques recherches sur internet, histoire d’emmagasiner quelques connaissances sur cette thérapie brève. Je décide de rechercher une fédération de professionnels. Et c’est le drame, ou presque. Tout est confus. Il existe des tas de syndicats, d’associations professionnelles, d’écoles de formation. Au final, peu de choses compréhensibles.

Je finis par tomber sur le « syndicat national des kinésiologues » qui me paraît beaucoup plus clair et professionnel. Pas de verbiage new age voire sectaire comme j’ai pu glaner par ci par là. Au contraire ! Le SNK explique la méthode de façon simple : « Cette approche (…) utilise un test musculaire. (Elle) permet de faire pleinement participer la personne par une auto-observation consciente de ce qui se passe en elle, l’amenant ainsi à devenir actrice de son propre changement ». Avec le test musculaire, la kinésiologie aide la personne à identifier les causes du mal être intérieur, sources de tensions physiques et/ou psychiques, puis  essaie de libérer les émotions bloquées qui les provoquent. 

Le dialogue entre le praticien et le patient consiste donc à explorer les émotions ancrées dans le corps. La règle est simple : le muscle testé ne pourra offrir aucune résistance à la pression exercée par le kinésiologue. Cette non résistance marque un déséquilibre. 

Cette pratique inventée par des ostéopathes et chiropracteurs américains est assez récente. Elle promet souvent des bénéfices dès la première consultation. Un argument qui fait rêver. Mais est-ce la vérité ?

RDV avec mon kinésiologue  pour le savoir!

 

 

Comment se passe la séance ?

Je suis accueillie en douceur par la praticienne dans un cabinet très sobre. Pas de Bouddha, pas de posters de fleurs de lotus, ou de ponts qui donnent sur la mer. Mieux encore, pas de bougies aux parfums assommants. Je crains toujours ces artifices. Là, je suis rassurée. La déco est sommaire : une table de kiné, quelques graphiques de méridiens épinglés aux murs, plein de livres partout.

Ca fait pro.

Je me sens bien.

Ma kinésiologue me pose des questions pendant environ 10 mn. Elle me questionne sur mon état de santé général (allergies massives, poussées d’eczéma), mon état mental (je suis crevée), mes douleurs chroniques (les genoux ma bonne dame, c’est mon enfer à moi ; Surtout le gauche.).

Je m’allonge sur le dos, et le fameux test musculaire démarre. La kinésiologie compte 12 méridiens, et tous seront testés. https://youtu.be/r9Nzn1Jya4c

Premier test, et, déjà, Mon côté gauche commence à se manifester. La thérapeute lève ma jambe et appuie sur mon pied, amenant ma jambe vers l’extérieur, et me demande de forcer pour l’en empêcher. J’ai beau me concentrer sur ce foutu pied, lui ordonner de réagir, ma jambe gauche ne moufte pas. Elle n’oppose aucune résistance à la pression exercée par la kinésiologue.

Côté droit, je résiste sans problème.

Elle effectue ensuite toute une série de tests, et parvient à dater des événement traumatiques. C’est un peu étrange à vivre car elle murmure (je n’ose pas dire « marmonne »). Je ne capte pas tous les mots, mais je suis quasi sûre d’avoir entendu « autorisation d’approfondir? ». Ma thérapeute demande l’autorisation à mon corps d’investiguer sur cette non résistance à la tension. Apparemment il répond par l’affirmative, car elle entame un comptage sûrement pour dater l’émotion bloquée : 0-1  an ? Si oui, il faut attaquer les mois : 0-6 mois, 7-12 mois, etc…. Ensuite la kinésiologue libère cette émotion, jusqu’à ce que le test musculaire soit normal.

Elle a ainsi exhumé des émotions bloquées dans tout le corps, et pour la plupart les a datées. Je regrette de ne pas avoir pensé à tout écrire juste après, parce que j’ai tout oublié ou presque ! La prochaine fois, je prendrai un petit carnet !

A l’issue de la séance, enfin mon compte rendu. Tout ne sera pas écrit dans cet article, par pudeur, mais… la kinésiologue m’a conseillée d’arrêter de tirer sur la corde sans arrêt. Si je me sens fatiguée, je dois me reposer. Si je me sens pas capable, je ne dois pas tenter. Parfois, il faut écouter sa petite voix intérieure. A sa question « avez vous envie de pleurer en fin de journée  sans raisons apparentes ? » j’ai répondu oui, et grâce son explication, j’ai compris pourquoi. Je négligeais trop ma fragilité, forçant sans cesse pour atteindre mes objectifs.

Toujours selon la kinésiologie, la clé de mon mieux être serait donc dans une meilleure écoute de mon corps, et de toutes mes émotions,

 

 

Kinésiologie, avis et ressentis:-)

J’ai beaucoup aimé globalement cette découverte de kinésiologie. Les paroles de la la kinésiologue avaient du sens dans mon histoire personnelle. C’est difficile à expliquer, et surtout très intéressant de voir son corps répondre à une question !

Depuis, je fais les exercices que la kinésiologue m’a conseillés presque tous les jours. J’ai toujours mon eczéma et un wagon de kleenex dans mon sac pour les allergies ; mais mais… J’ai l’impression d’avoir trouvé des clés, un début d’explication à des ressentis diffus.

 

 

Ou trouver un kinésiologue ?

Attention, comme dans toute profession, des dérives sectaires et/ou des extrémismes du bien-être au naturel existent. La kinésiologie ne déroge malheureusement pas à cette règle.

Le mieux est donc de passer par une syndicat professionnel pour trouver son thérapeute. J’ai appelé le SNK pour poser la question. Mme Alimondo, la présidente, m’a très gentiment expliqué que l’ensemble de ses adhérents devaient signer un code de déontologie avant d’adhérer. Cela ne garantit pas les pratiques à 100%, a-t-elle précisé, mais c’est un début de preuve sur l’approche pratiquée par le kinésiologue : une écoute bienveillante, un travail dans le non jugement et un praticien qui ne se pense pas tout-puissant.

 

Quand consulter un kinésiologue ?

La kinésiologie ne guérit pas du cancer. Elle ne guérit pas le diabète, ni l’hypertension. Et vous devez chausser vos baskets et courir dans le sens opposé si votre thérapeute vous garantit pouvoir guérir ces maux.

Par contre, pour les douleurs chroniques, faire face à un changement, trouver des réponses à l’intérieur de soi, la kinésiologie est toute indiquée. On y trouve un relâchement corporel, et surtout la possibilité de comprendre son corps, et ses émotions. Cette connaissance permet ensuite de repérer ses fonctionnements, et éventuellement ces cercles vicieux.

Toutes ces émotions bloquées qui stagnent et finissent par ressurgir, trouveront une issue favorable grâce à cette forme de thérapie.

A 50 euros environ la séance, il vous fraudra compter sur en moyenne deux consultations avant de voir des résultats.

No Comments

Leave a Comment