Comment arrêter de vouloir être aimée par tout le monde ?

Dans la série « comment se faire du mal » ou « comment se préparer des déceptions », l’envie d’être aimée par tout le monde remporte tous les trophées. Cela a du sens de vouloir être appréciée, au travail par exemple. Vouloir que le patron nous aime bien, ou la belle famille, n’est pas, en soi, un problème. Là ou cette tendance commence à faire des ravages, c’est quand le besoin d’être aimé par tout le monde (caissière du supermarché, médecin, inconnus dans la rue, clients, l’humanité entière) est trop présent. Inutile de courir chez un professionnel pour arrêter de se plier en quatre. Les solutions sont à portée de main !

 

Accepter que votre personnalité va vous faire aimer et aussi vous faire détester.

Personne ne peut changer de personnalité au rythme des rencontres. Le caractère s’est forgé en quelques dizaines d’années, au contact des émotions, de l’apprentissage, des expériences, etc… Vous êtes comme vous êtes. Cela n’empêche pas de progresser pour devenir meilleure, mais cette base-là est inamovible. Et peut susciter des réactions très différentes. Par exemple, l’honnêteté peut être perçue comme une qualité ou comme de la brutalité par deux personnes différentes. Et il en va de même avec tous les aspects de la personnalité.  Il est donc inutile d’essayer de changer pour plaire aux autres! Les 2 premiers vers du célèbre poème de Prévert devraient être gravés dans tous les esprits. Ils ont souvent été appris à l’école, mais pour une raison inconnue à ce jour, ils ne trouvent pas l’intérêt qu’ils méritent :

« Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça »

Sur les 7 milliards d’êtres humains, combien vous apprécieraient s’ils vous connaissaient ?

La question peut paraître invraisemblable (en fait, elle l’est), mais c’est un véritable indicateur sur la perception que l’on peut avoir de soi. Si nous avions le temps de passer une petite semaine avec chacun des 7 milliards d’habitants de la planète, combien décideraient de nous ajouter sur Snapchat ou Facebook en tant qu’amis ? Si vous répondez 2%, vous avez besoin de licencier votre juge intérieur pour réapprendre à vous connaître. Votre côté lumineux et formidable demande à être réhabilité ! Bien sûr, cela n’empêchera pas de croiser des gens qui ne vous apprécient pas et e montrent plus ou moins). Si vous estimez à environ 99 -100% le nombre de personnes qui vous aimeraient (ou plutôt adoreraient) après une semaine, alors il est temps de vous remettre en question. Quels sont vos défauts ?

Vous l’avez compris, pour être apprécié au maximum, la part maîtrisable, c’est l’estime de soi. Autrement dit, la valeur que l’on se donne.

 

Imposer aux autres la valeur que l’on se donne, un prérequis…. à manier avec précaution

J’ai toujours en tête une amie qui passait son temps à s’excuser de ne pas téléphoner plus souvent, de ne pas être plus présente. Or, on ne lui demandait rien. Cette attitude décourageait toute nouvelle personne rencontrée d’aller plus loin en amitié ou en amour. Cette amie était aussi mystérieuse, se sentant harcelée avec une question aussi gravement invasive que « tu as passé un bon weekend ?». Selon elle, c’était le signe que personne ne respectait son intimité, tout le monde voulait savoir tout sur elle, et elle en avait un peu marre. Avec le recul, il s’agit d’une réaction de fuite absolue, pour créer une forme de rapprochement. Or, cela ne marche pas toujours. Pour faire le point, voici un récapitulatif de la conduite à tenir pour être apprécié

Vous avez besoin de suivre quand :

  • Vous avez répondu que 99% de l’humanité vous aimerait si vous passiez une semaine avec.
  • Vous avez voulu mettre en place une part de mystère… qui vous éloigne de tout le monde
  • Personne ne vient à vos invitations et vous mettez ça sur le compte d’un agenda trop chargé
  • Vous considérez que votre (brillant) apport au monde est injustement reconnu
  • Vous mesurez la chance que les gens ont de vous rencontrer mais vous tenez à préserver votre intimité

Il est temps de fuir un peu quand :

  • Vous êtes toujours disponible, même au dernier moment. Pour un verre ou le déménagement d’une villa de 8 chambres.
  • Vous passez beaucoup de temps à envoyer des SMS et à attendre les réponses
  • Au travail, tout le monde compte sur vous pour payer des tournées de café, tous les jours
  • Vous souriez tout le temps même quand vous avez envie de tout casser ou de pleurer
  • Vous êtes trop gentil-le avec les autres, et cela peut susciter la méfiance
  • Vous vous sentez responsable du bien-être général, voire mondial
  • Vous tenez à faire une bonne impression à tout le monde

 

Être aimé ou apprécié ne dépend pas uniquement de votre comportement, et ça fait du bien de le savoir

On peut choisir d’être serviable, poli, souriant, donc plutôt entraîné aux interactions sociales. Cela facilite des échanges cordiaux. Mais cette partie « maîtrisable » de l’affection suscitée, est en réalité minime. Les personnes ont leurs propres repères pour décider si quelqu’un est digne de leur affection. Leurs propres histoires agissent comme un filtre avec les autres. Une femme se méfiera des hommes grands et bruns, ou des hommes trop sûrs d’eux car ils lui rappelleront son ex conjoint. Ce grand brun-là, même parfaitement gentil et serviable et poli…. sera catalogué « à fuir . Il ne sera pas accueilli chaleureusement, se sentira rejeté. Sans que ça soit de sa faute. Autre extrême : une personne qui souffre de solitude depuis longtemps aura tendance à trouver FORMIDABLE tout le monde. Ajoutons à cela que l’état émotionnel des personnes croisées dans la journée varie. Selon son humeur, la perception d’un trait de caractère chez l’autre peut-être différente. Celle qui aime l’honnêteté et qui a passé un mauvaise journée va l’apprécier moins, plus en besoin de délicatesse. Des scientifiques ont prouvé que le simple fait d’avoir faim, (ou d’avoir envie de faire pipi ) peut aussi faire rater une première impression.

Et vous, quelles sont vos astuces pour être vous-même sans trop se soucier du regard des autres ?

No Comments

Leave a Comment