Rasta

Oubliez le Hygge, et le Zen ! Devenez Rasta, c’est l’Avenir et c’est bon pour la Santé

  • « Mais le rasta, c’est pas juste Bob Marley ? »
  • « Euh non… » (lassitude dans le regard)

Le Rastafarisme est un art de vivre made in Jamaica, une philosophie positive qui fait du bien. Un peu comme une ordonnance de chez le naturopathe, à pratiquer matin, midi et soir (et plus si affinités). Pourquoi se convertir au rastafarisme ? 

  • Le rastafarisme permet de s’aimer et de prendre soin de soi
  • L’autre est un ami
  • Pour les dreadlocks, le débat reste ouvert

Prendre soin de soi

Cela ne se devine pas forcément au premier regard, mais si vous croisez un rasta avec ses dreadlocks, vous avez normalement devant vous une personne qui prend soin d’elle à tous les niveaux. 

A commencer par son état d’esprit. Croire en soi est le fer de lance des rastas, presque le numéro un des commandements. Pourquoi ? Parce que l’amour de soi est le seul moyen de s’épanouir et de s’ouvrir aux autres selon cette philosophie. Le rastafarisme encourage ses adeptes  à se respecter,  se pardonner, et à se faire confiance.

Quelques pistes pour entrer dans la mouvance :

Régulièrement, mettre tout son cœur dans la création de ses propres oeuvres d’art : aquarelle, scrapbooking, … Et les afficher fièrement dans son salon. Ou même au bureau.

Se convertir au rastafarisme, c’est aussi pratiquer un instrument de musique qui fait du bien, même si on vit en appartement, et même si le voisinage ne vous dit plus bonjour

Se réserver du temps rien que pour soi, tous les jours. Le bien-être réclame au moins une petite demi heure quotidienne! Peut-on seulement imaginer un rastafari s’imposer un peu de ménage ou de vaisselle en rentrant chez lui pour la pause déjeuner ?  Sauf en cas de nécessité, il consacrerait ce temps de solitude pour méditer ou vibrer avec la musique. Ensuite il reprendrait le travail dans un bon état d’esprit.

Se convertir au rastafarisme

Crédits: forever boho

Faire plaisir aux autres… C’est le moment d’apporter un sandwich à quelqu’un qui a faim, de dépanner son collègue en le ramenant chez lui, d’offrir un café suspendu, ou une baguette en attente à quelqu’un dans le besoin.

Aimer son prochain, respecter ses valeurs

Dans la communauté Rastafari, l’enfer, ca n’est pas les autres. Loin de là ! Dans ce mode de vie, point de place ni pour les castes sociales, ni pour la différence qui sépare. La preuve, un rastafari ne dit pas « je » comme dans « je vais chercher le porridge ». Il dit « Je et Je » vont chercher le porridge. Il ne s’agit pas d’un doublement de l’ego, bien au contraire ! En utilisant le « I and I » le rastafari affirme à son interlocuteur « tu es comme moi ».

Le « I and I » jamaïcain, c’est donc considérer l’autre comme son égal, quelle que soit sa couleur de peau, sa religion, sa culture.

Se convertir au rastafarisme

Crédits : Onelove Festival

D’ailleurs, c’est sûr, vous avez déjà chanté ce principe inéluctable du rastafarisme. En short en en tongs pendant l’été, un mojito à la main, ou même l’hiver pour se donner du courage face au froid. La chanson, interprétée par Bob Marley, met en musique un discours aux Nations Unies prononcé par le prophète Rastafari : Hailé Selassié 

Vous l’avez ?

Non ?

Il s’agit du tube interplanétaire au titre provocateur « War ». Par ici pour une petite piqûre de rappel. Celui qui  donne envie de bouger la tête en rythme, les yeux mi-clos (et de s’engager en politique)

« Tant que la couleur de peau aura plus d’importance que la couleur des eux… il y aura des guerres . Tant qu’il y a aura des citoyens de première classe et d’autres de seconde classe, il y aura des guerres »

Au quotidien, respecter son prochain, c’est le mettre en valeur, l’encourager à s’exprimer. Un peu comme on se fait à soi, en somme.

Vibrer pour la musique, et surtout pour le reggae

Se convertir au rastafarisme, c’est s’éveiller à la musique et à ses vertus est sans doute le principe rasta le plus naturel pour tous.

En Jamaïque, on vibre sur du Reggae, parce qu’historiquement, c’est cette musique qui porte les valeurs du Rastafarisme, mais pas que… Ecoutez sans limite votre musique préférée, celle qui vous fait vibrer l’âme et aussi le corps. Chanter, danser…

Via Onelove Festival

Manger ital – bio

La Jamaïque était à la pointe du débat sur l’importance d’une nourriture naturelle et bio (i-tal), bien avant les californiens.  Pas d’additifs chimiques, et en circuit court. 

Sur le végétarisme, les avis sont mitigés dans la communauté. Les rastas qui décident de manger de la chair animale s’orientent plutôt vers la mer. Ils le font en conscience, sans consommer de poissons prédateurs. Oui. Les poissons qui mangent d’autres plus petits poissons, rappellent Babylone, la société violente où l’ambition prime sur le bien-être.

En panne d’idées recettes Ital pour se lancer ? Par ici

Pour les cheveux et la ganja, le débat reste ouvert

Google Images ne dément pas les clichés. Tous les rastamen ont un énorme joint soit au coin des lèvres, soit dans la main.  C’est regrettable car la croyance populaire lie le rastafarisme à la nécessité de planer all day long. En réalité, la ganja, c’est comme le véganisme. Tous les rastas ne fument pas, mais s’ils le décident, personne ne viendra leur jeter la pierre comme on dit. Ceux qui fument pas considèrent que le meilleur moyen de planer est une ressource à l’intérieur de soi, pas une ressource cueillie dans un champs illégal.  A noter qu’à ce jour, le gouvernement jamaïcain n’a pas cédé aux lobby rasta qui affirme que fumer est un acte religieux au même titre qu’aller à la messe par exemple…

Historiquement, les adeptes de la philosophie de vie rasta ont choisi de ne pas couper leur cheveux, considérant qu’il fallait les garder naturels pour se rapprocher du Lion de Judah. Avec l’expansion du mouvement dans le monde, les dreadlocks sont devenues un symbole d’appartenance à un mode de vie pacifique, en réaction à Babylone, société trop inégalitaire et violente.

Alors peut-on se convertir au rastafarisme sans opter pour ce style capillaire?

La réponse est unanime : OUI on peut adopter devenir rasta et garder ses cheveux lisses ou courts ! 

On démarre lundi ? 

 

No Comments

Leave a Comment