Farniente

Devenir une adepte du Farniente, ça se mérite. Et ça change la vie

60.000. C’est le nombre de pensées quotidiennes que le mental doit gérer. Soit plus de 3000 pensées à l’heure si on enlève (un peu) le temps de sommeil. Les répercussions de ce vertige sont immenses. Et si le Farniente pouvait nous sauver ?

Principe de base

  • Le farniente est aussi éloigné de la fainéantise que de la productivité.
  • Il faut une âme de viking pour apprendre à le pratiquer en dehors des vacances
  • C’est un atout beauté prouvé car il favorise le sommeil
  • Ses bénéfices sont immédiats
  • Même Thoreau en a parlé, donc c’est bien. 

Se mettre au Farniente, un challenge personnel

En tête à tête avec soi, et sans son smartphone

Premier impératif pour comprendre le farniente, c’est la nécessité d’un retour au calme. Alors oui, on déconnecte son smartphone, on enlève son casque audio, on éteint la télé, on baisse le volume de la radio. Bref, on stoppe le flow des 60 000 pensées quotidiennes que notre mental s’épuise à gérer. 

Cela ne veut pas dire renoncer à penser. Mais plutôt orienter ses pensées sur le principal : c’est à dire maintenant. L’instant présent. 

Mon dos est-il parfaitement calé sur ce coussin ? Ou alors, la température de mon café me convient-elle vraiment ? Ce thé vert est-il équitable ? La texture du fauteuil correspond-elle au besoin de toutes les parties de mon corps ? Mon bol de fruits exotiques est-il à la bonne température ? Etc…

Hamac Farniente

Ces questions essentielles permettent de vider votre esprit en douceur. Peu à peu on se recentre sur soi, pour mieux percevoir l’environnement. Votre second pas vers le farniente, c’est sélectionner ce que vous choisissez de voir.

Observer la nature

Il est tout à fait possible de vivre sa séquence de farniente dans son bureau, mais disons que, pour commencer, ca n’est pas l’idéal. Quand on débute, le mieux est de se caler dans un parc, même minuscule.  Le plus petit îlot de nature fera l’affaire. 

Ca n’est pas moi qui le dis, c’est Théophile Gauthier, grand poête qu’on adore parce qu’il adore le Farniente.

Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi (…)

Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
Et lorsque je suis las je me laisse endormir,

Il se passe tellement de choses dans 1 mètre carré de verdure. D’abord, les herbes bougent au rythme du vent et les coccinelles galèrent pour s’accrocher. S’il n’y a pas même une petite brise, il y aura tout de même un papillon ou alors un autre insecte à observer. 

Le farniente nous permet donc de choisir ce que nous retenons de l’extérieur. A vue de nez, ce filtre sélectif nous allège d’au mois 50 000 pensées  chaque jour.

Planifier ses séquences de Farniente

En journée, pendant le boulot

Les jardins zen miniatures sont parfaits pour une petite séquence de farniente, à pratiquer même dans un open space. Si cette activité vous parait lente à mourir d’ennui, optez plutôt pour du végétal. Pourquoi ne pas adopter la plante  trop mimi en forme d’ oreilles de lapin ?

jardin zenOreilles de lapins

Le weekend, c’est Free Style

La préparation d’une séquence de farniente n’est pas sans effort. Il convient de mettre une organisation minutieuse pour mieux profiter de chaque instant. Par exemple, prévoir ses plats préférés, et son chocolat chaud préféré. Ces besoins vitaux anticipés, il faut ensuite préparer le terrain sérieusement. D’abord adapter sa séquence selon la météo. Ensuite tenir compte des contraintes géographiques. Proche de la mer ou de la montagne ? Terrasse avec vue, ou sans vue ? Séquence tactile au spa ?

cheminéespa

 

Plus d’inspirations déco pour réussir sa séquence Farniente, sur le compte Pinterest du Canapé C’est La Vie

No Comments

Leave a Comment